Décisions et émotions

Mise à jour le 7 mai 2019
Partagez cette publication :

Intégrer les émotions dans votre prise de décison

La prise de décision n'est pas qu'une question de logique.  Toutes prises de décisions est affectées naturellement nos émotions et nos sentiments. Colère, jalousie, peur, plaisir sont les influenceurs de nombreux choix. A ce titre Les émotions peuvent devenir nuisibles lorsqu'elle nous brouille notre lucidité et nous amène à donner de l'importance à des choses qui n'en ont pas.

En conséquence, il est utile de savoir les identifier et les gérer pour que la décision soit prise pertinente.
Les émotions peuvent également être une force. Raisonner en intégrant ses émotions permet d'innover dans la recherche de solutions en se détachant des seuls éléments tangibles.

Acceptez et Nommez vos émotions

Pour une prise de décision éclairée, vous devez d'abord accepter vos émotions.  Pour cela il faut l'identifier et la nommer. En verbalisant et en personnalisant vos émotions vous pouvez relativiser la place de ces émotions.

Décision, émotion, diable ange, plus et moins

La peur, l'orgueil, la jalousie, l'envie, la colère, sont autant d'émotion pouvant perturber vos prises de décisions.

Intégrer les émotions du présent et du futur

Les émotions du présent

Les émotions/sentiments à l'oeuvre au moment de la prise de décision sont celles qui sont bien souvent à l'origine du besoin de prise de décison.

Cela peut être, par exemple, de la colère par rapport à une situation présente.

Les émotions du futur

Les émotion du futur sont celle que vous escomptez après la prise de décision.

Cela peut être, par exemple, de la joie avec la projection de la réussite d'un projet.

Emotion avec projection dans le futur

Pour vous aider à décomposer les composantes émotionnelles de la décision cette fiche vous sera utile.

Responsive image

Méfiez-vous de votre ego.

La confiance en soi est un atout précieux dans le processus de prise de décision : elle permet d'exprimer son point de vue et de le défendre avec assertivité.
Mais si elle devient excessive, elle s'apparente à une forme d'aveuglement et peut conduire à de mauvaises décisions stratégiques.

Comment se prémunir de l'excès de confiance ?

  • conserver une part de doute.
  • adopter une attitude de questionnement Questionnez les sources de son opinion ( pertinence des informations )
  • Mettez vous dans la peau de votre interlocuteur et demandez-vous et si il avait en partie raison ?

Sites

Pour vos questions